Le Pays de Châlons en actions

En complément de la coordination qu'il assure entre ses collectivités membres et l'Etat ou la Région Champagne-Ardenne pour les actions financées au titre des politiques contractuelles, le syndicat mixte peut aussi porter ou soutenir des projets qui concernent l'ensemble du Pays de Châlons. Répondant aux priorités fixées par la charte de pays, ces projets s'intéressent à une diversité de domaines : économie, habitat, déplacements, culture, services ...
Le syndicat a également appuyé les porteurs de projet, publics ou privés, dans le cadre des demandes d'aides européennes au titre de l'axe 3 du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER) pour la programmation 2007-2013.
Pour la programmation 2014-2020, le syndicat a répondu favorablement à l'appel à manifestation d'intérêt lancé en avril 2014 par la Région pour s'inscrire dans la démarche européenne Leader.

Le volet territorial du contrat de projets Etat-Région


Ce premier contrat dans l'histoire du Pays de Châlons a permis de concrétiser deux projets novateurs et de relancer la réflexion sur la valorisation énergétique de plusieurs cours d'eau.

Accueil de jour "le Phare" à la Maison de retraite de Saint-Germain-la-Ville

Le projet consistait à aménager un bâtiment existant au sein de la Maison de retraite de Saint-Germain-la-Ville afin d'y installer une structure d'accueil de jour proposant à des personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer des activités thérapeutiques.
A l’origine, la structure proposait 8 places. Devant le nombre croissant de demandes, la maison de retraite a sollicité une augmentation de capacité qui porte à 9 le nombre de places proposées. En 2011, près de 83 % des bénéficiaires du dispositif étaient originaires du Pays de Châlons .

  • Ouverture de l'accueil le 28 octobre 2008
  • Une fréquentation en hausse régulière
  • La réponse à un besoin pour les usagers et leurs familles
  • Près de 5 équivalents temps plein affectés à ce service.

Une enquête réalisée auprès des bénéficiaires et de leurs aidants naturels en 2010 a fait apparaître un fort taux de satisfaction. Pour les usagers, le bénéfice de cette prise en charge adaptée est indéniable car il permet le maintien à domicile.
En 2010, le Phare a obtenu un prix de la Fondation Médéric Alzheimer pour l’organisation de séjours de vacances aidants /aidés destinés à restaurer ou maintenir la relation de couple malgré la maladie.

Aménagement d'un jardin du confort pour tous à Haussimont

Le jardin du confort, ou jardin "sensoriel", est un jardin public dédié aux personnes handicapées. Il est composé de plusieurs chambres végétales consacrées aux 5 sens (chambres des senteurs, du toucher, de l'ouïe, de la vue et du goût) et comprend des équipements facilitant l'accessibilité.
Ce jardin est attenant et complémentaire à un bois pédagogique de 15 ha traversé par un parcours "botanique" permettant aux novices de reconnaître chaque essence. Il vient compléter la diversité des jardins présents à Haussimont : jardin de la vie, jardin sec, jardin humide, jardin des plantes textiles et tinctoriales.
Ces jardins s'inscrivent dans une démarche de développement durable qui contribue à préserver la qualité de l'eau et la biodiversité avec la (re)constitution d'habitats pour la faune et la flore. Ils se distinguent également par l'emploi des nouvelles technologies de l'information et de la communication (bornes sonores et visuelles, accès à des informations multimédia par flashcodes, observation vidéo de la faune).

  • inauguration le 17 juin 2011
  • Une utilisation des nouvelles technologies pour tous
  • Un équipement à vocation pédagogique et une offre touristique innovante.

Ces aménagements contribuent à l'amélioration globale du cadre de vie pour l'ensemble des habitants et au renforcement de l'offre touristique du territoire. Le label "Belles pratiques et bons usages en matière d'accessibilité" obtenu par le jardin sensoriel, sera officiellement remis le 5 septembre 2012 par la déléguée ministérielle à l'accessibilité.

Etude de faisabilité

L'objectif était d'examiner la faisabilité d'une production hydroélectrique sur trois ouvrages existants dans l'optique de développer les énergies renouvelables. Les barrages de Châlons-en-Champagne et de Recy / Saint-Gibrien, tous deux situés sur le cours de la Marne, et l'ancien canal usinier de Condé-sur-Marne ont été inventoriés au cours de l'année 2010 avec les résultats suivants :

  • barrage de Châlons-en-Champagne : le site, propriété de Voies Navigables de France, est techniquement équipable et pourrait alimenter en électricité jusqu'à 800 foyers,Barrage de Châlons
  • barrage de Recy / Saint-Gibrien : l'équipement hydroélectrique du site n'est pas envisageable en raison des contraintes environnementales,
  • canal de Condé-sur-Marne :  le (ré)équipement hydroélectrique du site, impliquant la restauration lourde du canal d'amenée long de 14 km et de l'ancienne usine hydroélectrique,  est économiquement non viable.
Cette étude a permis de relancer la réflexion sur le devenir du canal de Condé. Trois groupes de travail sont chargés de proposer des solutions concrètes pour l'entretien des cours d'eau intramuros de Châlons-en-Champagne, la sécurisation des ouvrages franchissant le canal de Condé et le devenir de l'ancienne usine hydroélectrique. L'étude est consultable à travers ce lien.
L'avancée du travail sur l'ancien canal de Condé permet d'envisager la valorisation de l'emprise dans le cadre d'un projet de trame verte et bleue avec une remise en eau partielle et mesurée de la section comprise entre les communes de Saint-Martin-sur-le-Pré et Juvigny. Le site de l'ancienne usine hydroélectrique devrait rester propriété de Voies Navigables de France.

La convention d'aménagement 2009-2011


21 opérations ont été soutenues par le Conseil régional de Champagne-Ardenne sur la période 2009 - 2011 pour un montant de 2 430 000 €.
Au regard des trois axes stratégiques de la charte de développement durable, la priorité a été donnée aux équipements de proximité contribuant à l'accueil et au maintien de la population.
Plus de la moitié des opérations inscrites à la convention répondent ainsi aux objectifs de l'axe stratégique 2 pour un montant de subventions de 1 675 290 €. La priorité donnée à cet axe s'explique par les besoins en matière d'accueil de l'enfance et de la petite enfance.

Six grandes thématiques caractérisent les actions réalisées par les communautés de communes et les communes du Pays de Châlons dans le cadre de la convention d'aménagement. La carte suivante montre la répartition des aides sur le territoire et le rôle prépondérant reconnu aux intercommunalités dans le choix des opérations les plus structurantes pour le territoire.

  • accueil de l'enfance et de la petite enfance : construction d'écoles à Livry-Louvercy, Nuisement-sur-Coole et Sommesous, extension du pôle scolaire de Marson  – aménagement d'une micro-crèche à Saint-Germain-la-Ville - construction d'un Centre de Loisirs Sans Hébergement et d'une garderie-cantine à Courtisols et aménagement d'un accueil périscolaire à Matougues,

Bilan 2010 -2011 en images

  • sport et des loisirs : rénovation de la piscine de Suippes, aménagement de terrains multisports à Bouy et Saint-Hilaire-au-Temple,
  • vie associative : aménagement d'une salle à la Croix-en-Champagne, travaux d'accessibilité à Omey et Soudron,
  • du cadre de vie et du tourisme : aménagement d'un bois pédagogique et d'un jardin sensoriel à Haussimont, rénovation du Parc Buirette à Suippes,
  • logement : rénovation de 144 logements locatifs à Mourmelon-le-Grand et Suippes et d'un logement communal à La Cheppe,
  • solidarité : création d'une épicerie sociale à Mourmelon-le-Grand. Cette opération a été distinguée par le Prix Gauby-Lagauche en décembre 2010, qui récompense en Champagne-Ardenne les actions de maintien ou d’amélioration des conditions de vie en milieu rural.

Haut de page

Les autres actions à l'échelle du pays


Cinq actions ont été initiées ou sont soutenues par le syndicat mixte qui ont vocation à rayonner sur l'ensemble du Pays de Châlons-en-Champagne et au-delà. Elles concernent les thèmes suivants :

  • de l'économie avec l'élaboration d'un atlas des zones d'activités et le soutien au commerce et à l'artisanat via une Opération de Restructuration de l'Artisanat et du Commerce,
  • de l'habitat avec la mise en place prochaine d'une Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat,
  • des déplacements des personnes avec une étude des mobilités durables conduite en partenariat avec les Pays voisins d'Epernay et de Reims, le Parc Naturel régional de la Montagne de Reims et les Communautés d'agglomération Cités en Champagne et Reims Métropole,
  • de la culture avec le soutien apporté au Festival International de Cinéma War on Screen créé et porté par la Comète, scène nationale de Châlons-en-Champagne.

Un atlas des zones d'activités pour promouvoir l'offre économique du territoire

Afin de développer les activités économiques sur son territoire, le syndicat mixte a réalisé un outil permettant d’apprécier l’offre foncière et immobilière à usage d’activités économiques.

Cet atlas est composé de fiches présentant pour chaque zone d'activités :

  • la localisation et la cartographie de la zone
  • les surfaces occupées, disponibles, et en projet
  • le niveau d’équipement de la zone
  • l'accessibilité de la zone par les différents modes de transport.

Organisé en 4 tomes correspondant aux secteurs de l’agglomération châlonnaise, de la couronne péri-urbaine, des secteurs Nord et Sud du pays, ce document est consultable à la rubrique "les atlas" du site.

Une ou plusieurs OPAH pour améliorer le parc privé de logements

Le diagnostic du parc de logements du Pays de Châlons réalisé par l'Agence d'urbanisme dans le cadre d'une étude préalable à la mise en œuvre d'une Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat (OPAH) a mis en évidence les caractéristiques suivantes :
  • Une population concernée par les phénomènes de vieillissement. Selon les projections de l'Insee, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus du Pays de Châlons pourrait atteindre 20 600 personnes en 2025 contre 14 500 en 2009. Dans la mesure où la mobilité résidentielle des personnes âgées est généralement faible, il y a donc un enjeu important en termes d'adaptation des logements à la perte d'autonomie.
  • Des revenus fiscaux moyens des ménages assez hétérogènes.
  • Un parc de logements relativement ancien. En effet, un tiers des logements du pays châlonnais a été construit avant 1949 et plus de la moitié date d’avant 1975 soit avant la première réglementation thermique.
  • Un parc privé potentiellement indigne en diminution mais qu'il convient de traiter.

Ces différents indicateurs ont confirmé l'intérêt pour le Pays de Châlons d'engager une étude préopérationnelle en novembre 2014 qui concerne le territoire du pays à l'exception de 14 communes de la Communauté d'agglomération de Châlons qui ont déjà mis en œuvre une OPAH.

Cette étude, qui s'est achevée en juin 2015 a permis de préciser :

  • L'état du bâti au regard des enjeux d'amélioration des performances énergétiques et de prévention des situations de précarité énergétique.
  • La situation du bâti au regard des enjeux d'adaptation des logements au vieillissement ou au handicap dans une perspective de maintien à domicile.
  • Un repérage des logements indignes à traiter en priorité.
  • Les thématiques d'intervention complémentaires à celles de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) qui pourraient être souhaitées par les collectivités maîtres d'ouvrage. A titre d'exemple, ces thématiques pourraient concerner des enjeux architecturaux ou la problématique de l'adaptation des logements dans les secteurs exposés au risque d'inondation en soulignant notamment l'inscription des communes riveraines de la Marne dans un périmètre de territoire à risque important d'inondation (TRI) impliquant la définition d'une stratégie locale de gestion du risque d'inondation.
  • L'estimation du potentiel de travaux et les objectifs quantitatifs de réhabilitation permettant de préparer le contenu de la convention de mise en œuvre.
  • Les périmètres d'intervention et l'identification des maîtres d'ouvrage porteurs du projet.

"WAR ON SCREEN", un Festival International de Cinéma pour valoriser l'identité du territoire

Unique en son genre dans le paysage international des festivals de films, War on Screen entend porter un éclairage approfondi et diversifié sur les liens exceptionnels entre production cinématographique et guerre, dans son acception large. Il a pour vocation de faire (re)découvrir un champ cinématographique d’une intense vivacité et de montrer la variété des rapports entre le cinéma et les conflits qui agitent le monde.
Lorsque la première guerre mondiale éclate, le cinéma, art forain encore balbutiant, trouve son premier grand sujet et devient le témoin actif de tous les champs de bataille. Au long du siècle, les cinéastes vont rendre compte de la complexité des conflits, de leurs ferments, de leurs réalités et de leurs conséquences, tant sur les terrains d’opération que dans la société, proposant leur vision artistique et souvent engagée pour la paix.
Progressivement, les représentations de la guerre à l’écran vont prendre de multiples formes : le film de guerre bien sûr, mais aussi tous les autres genres, du péplum à la comédie, du western à la science-fiction ou encore du thriller à la chronique sociale et politique.
War on Screen repose donc sur une constellation de formes et d’approches combinant films en compétition, rétrospectives, images d’archives (archives du passé ou reportages sur les conflits en cours), séries télévisées, jeux vidéo, lieu de rencontres, d’échanges et de débats. Pour les fondateurs du festival, ce vaste champ désigne non seulement les conflits armés dont l’histoire de l’humanité abonde, mais aussi un certain rapport au monde, une façon d’envisager les mouvements sociaux, les représentations culturelles, les révoltes des peuples, les mutations politiques.

Un vecteur de développement pour le territoire : créé et porté par La Comète - Scène nationale de Châlons-en-Champagne, le festival se déroule à Châlons, Suippes et Mourmelon, ainsi que sur l’ensemble du territoire du Pays de Châlons pour les activités d’action culturelle et d’éducation artistique. Cet ancrage fort en milieu rural, d’une grande originalité dans le paysage national, entend dynamiser le territoire en lui permettant de valoriser son histoire.
Projet artistique et culturel original au niveau international et expression de l’identité du Pays de Châlons, il constituera un élément majeur du rayonnement et de l’attractivité du territoire.

A noter dès maintenant dans votre agenda :
La cinquième édition de War on Screen
aura lieu du 04 au 08 octobre 2017

VISUEL_WOS-2017_WEB

Pour toutes les informations sur le festival, rendez-vous sur waronscreen.com

La première édition du Festival s'est tenue du 2 au 6 octobre 2013
à Châlons-en-Champagne, Mourmelon-le-Grand et Suippes

En bref, le Festival International de Cinéma "War on Screen" c'est :

  • l’unique festival international de cinéma de la Région Champagne-Ardenne,
  • le seul festival d’ampleur au monde abordant la question des conflits à l’écran,
  • un festival multi-supports qui s’attache à tous les écrans mettant en œuvre l’image animée (cinéma, télévision, jeux vidéo, Internet),
  • une manifestation culturelle ancrée dans l'identité locale et un projet d'aménagement du territoire fort et fédérateur déployé sur trois collectivités du pays châlonnais.

Au vu de sa singularité et de son ampleur, le Festival War on Screen a remporté l’adhésion des partenaires publics tant locaux que nationaux et peut s'enorgueillir d'un bilan remarquable :

  • 6 sites de projection à Châlons-en-Champagne, Mourmelon-le-Grand et Suippes
  • 77 films présentés au cours de 82 séances
  • 7 premières européennes et 15 premières françaises
  • 23 films en compétition officielle avec une sélection de 10 longs métrages de 9 nationalités, inédits en salle, et une sélection de 13 courts métrages de 9 nationalités
  • 4 récompenses décernées pour la compétition longs métrages :
      • Grand prix : Roza de Wojciech Smarzowski (Pologne)
      • Prix de la mise en scène : Omar de Hany Abu-Assad (Palestine)
      • Mention spéciale du jury : Camp 14 de Marc Wiese (Allemagne)
      • Prix du public : Camp 14
  • 2 récompenses décernées pour la compétition courts métrages :
      • Grand prix : Machsom de Joel Novoa (Etats-Unis)
      • Mention spéciale : Slug Invasion de Casper Wermuth et Morten Hegeland (Danemark)

prix wos

  • Un parrain : Albert Dupontel, acteur, réalisateur et scénariste français
  • Un jury international : qui a réuni, autour de la présidente Hiam Abbass (actrice et réalisatrice franco-palestinienne), Cliff Martinez (compositeur pour le cinéma américain reconnu pour avoir rapproché le cinéma des musiques électroniques), Sylvain Estibal (journaliste, romancier et réalisateur français), Rémy Ourdan (grand reporter et directeur adjoint de la rédaction du Journal Le Monde) et Yvan Guyot (responsable éditorial de Canal +)
  • Un jury lycéen : composé de 10 lycéens et lycéennes issus de 5 établissements du département et présidé par la réalisatrice et comédienne Blandine Lenoir
  • 5 414 entrées dont environ 1 700 pour les films en compétition. Chacune des 5 journées du Festival a comptabilisé près de 1 100 entrées. Les séances décentralisées à Mourmelon-le-Grand et Suippes ont réuni quelques 840 entrées sur 2 séances en matinée, 4 en soirée et la Caravane Ensorcelée
  • des retours unanimement positifs du public, des médias et des professionnels du cinéma sur la qualité, la diversité et l’homogénéité des films en compétition ainsi que sur la variété de la programmation au regard de la thématique du festival. De même, les retours ont été excellents et unanimes sur l’organisation et l’accueil. De nombreux professionnels du cinéma, venus de 11 pays, ont découvert Châlons et leur présence a permis d’attirer un public élargi.

photos wos

Pour consulter la plaquette bilingue de présentation, cliquez ici
Pour toutes les informations sur le festival, rendez-vous sur waronscreen.com
Pour découvrir le clip vidéo de l'édition 2013 : "The sergeant"

La deuxième édition du Festival War on Screen s'est tenue
du 1er octobre au 5 octobre 2014

affiche-WOS-2014-web

L'un des temps forts nationaux des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.
 Une programmation encore plus riche et un public encore plus nombreux.

  • 7 lieux de projection à Châlons-en-Champagne, Mourmelon-le-Grand (la nouvelle médiathèque et le Centre culturel Napoléon III) et Suippes (salle de cinéma des armées du 40e RA) sans oublier les séances projetées sur le parcours de la "Caravane ensorcelée",
  • la diversité des approches artistiques : fictions, documentaires, archives, séries télévisées, jeux vidéo, tables rondes et conférences, ateliers de création, ...
  • 99 films présentés au cours de 122 séances,
  • 34 pays représentés,
  • 2 compétitions internationales,
  • 4 récompenses décernées pour la compétition longs métrages :
      • Grand prix : Tangerines de Zaza Urushadze (Estonie/Géorgie)
      • Prix de la mise en scène : Canopy de Aaron Wilson (Australie/Singapour)
      • Mention spéciale du jury : The Square de Jehane Noujaim (Egypte)
      • Prix du public : Boys of Abu Ghraib de Luke Moran (Etats-Unis)
  • 2 récompenses décernées pour la compétition courts métrages :
      • Prix du meilleur court métrage : Habana d'Edouard Salier (France)
      • Coup de cœur du jury lycéen : Baghdad Messi de Sahim Omar Kalifa (Emirats Arabes Unis/Belgique)
  • un jury international présidé par Moshem Makhmalbaf (cinéaste et écrivain) et regroupant des personnalités aux facettes et aux parcours professionnels et personnels multiples : Prune Engler (collaboratrice du Festival international du film de La Rochelle), Patrick Chauvel (photographe), Ghassan Salhab (réalisateur) et Anne Girouard (comédienne),
  • un jury lycéen qui était encadré, comme en 2013, par un professionnel du cinéma (Muriel Coulin) afin d'éclairer les 10 lycéennes et lycéens du Pays de Châlons-en-Champagne dans leur approche des courts-métrages en compétition,
  • 1 première mondiale avec le Ciné concert War Work de Michael Nyman interprété par le Michael Nyman Band et la contralto Hilary Summers,
  • 20 avant-premières françaises et 12 avant-premières européennes,
  • 22 rencontres avec les réalisateurs et les équipes des films,
  • des rétrospectives (rire de la Grande Guerre, les espionnes au cinéma, la "3 ème guerre mondiale") et des focus (Sarajevo, les printemps et révolutions arabes).

Durant ces 5 jours, le Festival War on Screen a véritablement élargi son audience avec 9 436 entrées (soit une augmentation de 71 % par rapport à 2013) dont 2 598 pour les films en compétition et 2 740 entrées scolaires. Chacune des 5 journées du Festival a comptabilisé 1 885 entrées.

wos 2014mos2

Pour télécharger le programme, cliquez ici
Pour toutes les informations sur le festival, rendez-vous sur waronscreen.com
Pour découvrir le clip vidéo de l'édition 2014

La troisième édition du Festival War on Screen s'est tenue
du 30 septembre au 4 octobre 2015

Affiche WoS 2015

  • la fréquentation : 12 500 entrées soit une augmentation de 33 % par rapport à 2014 et de 125 % par rapport à 2013. Chacune des 5 journées du Festival a comptabilisé près de 2 500 entrées avec un public majoritairement constitué de résidents du Pays de Châlons-en-Champagne. L'adhésion du public aux thèmes traités par le festival et son enthousiasme pour les films en compétition comme pour l'ensemble des volets de la programmation sont de réels motifs de satisfaction. Les jeunes, notamment les lycéens, sont venus plus nombreux de leur propre initiative estimant que le festival est "un moment important dans la vie du Pays de Châlons-en-Champagne et de la ville de Châlons-en-Champagne".
  • les lieux de projection : la grande salle de la Comète (450 places), la petite salle de la Comète (154 places), l'auditorium du Lycée Bayen (180 places), l'auditorium de la Bibliothèque Georges Pompidou (94 places), le Collège Louis Pasteur de Suippes (60 places).
  • le programme en chiffres : 108 films (longs et courts-métrages) dont 30 films en avant première française et européenne, 28 pays et 48 professionnels du cinéma représentés, 11 courts métrages réalisés et produits en Champagne-Ardenne, 96 séances, 9 séances jeune public, 24 séances scolaires, 12 séances gratuites, 4 séances en décentralisation (2 à la Maison d'arrêt de Châlons-en-Champagne et 2 à la Filature de Bazancourt), 22 rencontres professionnelles (débats avec les réalisateurs, master class, tables rondes), 6 ateliers autour des métiers du cinéma (analyse d'images et  improvisation et bruitage), 3 expositions.
  • 4 récompenses décernées pour la compétition longs métrages :
    • Grand prix du jury : Soleil de plomb de Dalibor Matanic (Croatie/Serbie/Slovénie)
    • Prix de la mise en scène : Le fils de Saul de Laszlo Nemes (Hongrie)
    • Mention spéciale du jury : A peine j'ouvre les yeux de Leyla Bouzid (France/Tunisie/Belgique)
    • Prix du public : Censored Voices de Mor Loushy (Israel/Allemagne)
  • 2 récompenses décernées pour la compétition courts métrages :
    • Prix du meilleur court métrage : Bendito Machine V de Jossie Malis (Espagne)
    • Coup de cœur du jury lycéen : Suleima de Jalal Maghout (Syrie)
  • un jury international présidé par Roland Joffé (réalisateur britannique qui a reçu 5 oscars et la Palme d'Or à Cannes) et regroupant des personnalités aux facettes et aux parcours professionnels et personnels multiples : Jérôme Bonnelli (réalisateur), Béatrice Thiriet (compositrice), Constance Dollé (actrice) et Patrick Robert (photo-reporter),
  • un jury lycéen encadré par Etienne Labroue (réalisateur) afin d'éclairer les 9 lycéennes et lycéens de 3 lycées de l'agglomération châlonnaise dans leur approche des courts-métrages en compétition.
  • un programme hors compétition avec 2 films en avant première pour les cérémonies d'ouverture et de clôture, des rétrospectives (11 films du patrimoine international sur la Guerre d'Espagne, la guerre vue par Stanley Kubrick avec 5 films), des focus (15 films), des séances spéciales (7 films dont 3 en avant première), une programmation jeune public, des conférences et débats, des jeux vidéo.

Wos_edition3

 

La quatrième édition du Festival War on Screen s'est tenue
du 28 septembre au 02 octobre 2016

AFFICHE PAYSAGE_WOS 2016

Consulter 2016.waronscreen.com pour parcourir les grands moments de ce festival

 Haut de page

Une étude innovante en faveur de la mobilité au sein du "triangle marnais"

La mobilité est une liberté fondamentale des individus. Sous l'effet conjugué de la hausse du coût des énergies et de l'étalement urbain conduisant les ménages à des déplacements de plus en plus longs et nombreux (domicile-travail, domicile-école, domicile-achats, domicile-loisirs, ...), cette liberté peut être remise en cause pour les ménages les plus fragiles.
Pour prévenir ces situations de vulnérabilité des ménages et contribuer aux efforts visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre liés aux déplacements, le Pays de Châlons-en-Champagne s'est associé aux Pays de Reims et d'Epernay, aux Communautés d'agglomération Reims Métropole et Cités en Champagne et au Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims pour mener une étude conjointe sur la mobilité.
Conduite en partenariat avec l'Etat, la Région Champagne-Ardenne, le Conseil Général de la Marne et l'ADEME, cette étude prend en compte un vaste périmètre rassemblant une population de 471 800 habitants (INSEE 2009) répartis dans 355 communes entre lesquelles s'effectuent de nombreux déplacements quotidiens :
  • le Pays de Reims : 140 communes, 287 900 habitants,
  • le Pays de Châlons-en-Champagne : 92 communes, 97 900 habitants,
  • le Pays d'Epernay Terres de Champagne : 123 communes, 86 000 habitants.

L'étude a été lancée en mars 2013 pour une durée de 10 mois. Elle a été confiée au bureau d'études ITEM Etudes & Conseil.
En 2013, le comité de pilotage s'est réuni 2 fois (pour le lancement de l'étude et pour la présentation et la validation du diagnostic) et le comité technique à 5 reprises, afin de suivre les travaux menés par le bureau d'études.

Il ressort du diagnostic que :

  • 95 % des actifs résidant dans le territoire d'études travaillent dans ce territoire et 51 % des actifs travaillent dans leur commune de résidence,
  • les principaux échanges domicile-travail ont lieu avec Reims (1 550 actifs entre Châlons et Reims, 2 sens confondus),
  • 73 % des déplacements pendulaires sont réalisés en voiture (81 % dans la Communauté d'agglomération de Châlons),
  • 1 ménage sur 5 n'est pas motorisé,
  • 56 % des communes du territoire d'études ne sont pas desservies par un transport en commun, mais représentent 14 % de la population,
  • le Nord Est et le Sud du Pays de Châlons sont les secteurs les plus "carencés" en offre de transports en commun alors qu'ils accueillent une part importante de ménages captifs (ménages à faibles revenus, personnes non motorisées, personnes de moins de 18 ans ou âgées).

Les enjeux retenus à l'échelle du territoire d'étude sont :

  • Améliorer l'offre de déplacements en adaptant les différents modes aux distances et aux besoins, en consolidant ou en développant l'offre de transports alternatifs à la voiture, et en améliorant l'intermodalité entre les modes (ex : faciliter le rabattement vers les gares, développer le covoiturage, …).
  • Renforcer la cohérence entre l'emploi, l'habitat et la politique de déplacements notamment à travers les documents de planification pour une meilleure efficacité des transports (ex : principe de confortement de l'armature urbaine du projet de PADD du SCoT du Pays de Châlons-en-Champagne).
  • Développer une stratégie commune de mobilité pouvant se décliner à l'échelle des 3 bassins de vie (ex : renforcement des liaisons ferroviaires Châlons/Reims, interopérabilité entre les différents réseaux…).

Un atelier de concertation largement ouvert à l'ensemble des acteurs de la mobilité du territoire d'études (élus, collectivités, SNCF, autorités organisatrices de transport, Conseil régional, Conseil général…) s'est déroulé le 4 décembre 2013. Au cours de cet atelier, les participants ont travaillé sur l'identification de mots clés permettant à chacun de caractériser la mobilité sur le territoire, et ont échangé sur des propositions d'actions. (télécharger le compte-rendu de l'atelier de concertation n°1 ici).
Un second atelier de concertation s'est déroulé à Châlons-en-Champagne le 24 janvier 2014 afin de poursuivre le travail sur le plan d'actions. Suite à l'achèvement de l'étude au 1er semestre 2014, les propositions ont été examinées dans le cadre des groupes de travail organisés sur le projet de SCoT en novembre 2015.

 Haut de page

Le contrat de développement territorial 2012-2014


Le Contrat de développement territorial 2012 - 2014 entre le syndicat mixte et la Région Champagne-Ardenne s'inscrit dans la continuité de la convention d'aménagement au regard des principes suivants :

  • une répartition équilibrée des aides sur le territoire,
  • une volonté de soutenir les projets structurants portés par les intercommunalités,
  • une déclinaison des 3 axes stratégiques de la charte de développement durable pour soutenir la croissance économique, assurer la juste proximité des services et valoriser les qualités environnementale, urbaine et culturelle du Pays de Châlons.
Quatre thèmes prioritaires ont été retenus pour ce contrat doté d'une enveloppe régionale de 1 822 500 € :

  • les services d'accueil des enfants et très jeunes enfants : construction d'un groupe scolaire intercommunal à Dampierre-au-Temple
  • le services de la santé : construction d'une maison de santé à Suippes
  • les services au public : construction d'une médiathèque et d'une salle polyvalente à Mourmelon-le-Grand
  • les équipements multi-activités et sportifs notamment à Courtisols, Haussimont et Vésigneul-sur-Marne (Communautés de communes des Sources de la Vesle, de l'Europort et de la Vallée de la Craie).
Par ailleurs, deux démarches globales sont menées à l'échelle du pays avec la finalisation de l'ORAC (2ème tranche) et le lancement d'une étude pré-opérationnelle destinée à préfigurer la mise en œuvre d'une Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat (OPAH).

Le Pays de Châlons et la démarche européenne Leader


Qu'est-ce-que Leader ?

La programmation des fonds structurels européens pour la période 2014-2020 se caractérise par la notion "d'approche territoriale intégrée" et de "développement local mené par les acteurs locaux". La notion d'approche territoriale intégrée repose sur trois grands piliers :

  • une gouvernance multi-partenariale qui élabore et met en œuvre…
  • une stratégie de développement local multi-sectorielle en cohérence avec...
  • les potentialités et les besoins d'un territoire fonctionnel et cohérent.

Leader, qui est l'acronyme de Liaison entre actions de développement de l'économie rurale est l'un des outils proposés aux territoires pour soutenir la mise en œuvre des projets intégrés de développement de l'économie rurale. Leader permet de mobiliser le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER) et cofinancer le développement local mené par les acteurs locaux.
La spécificité de Leader ne saurait toutefois être résumée à la question du financement. L'originalité de Leader, jamais remise en cause depuis les quatre précédentes générations du dispositif (Leader I, Leader II, Leader + et Leader axe 4 du FEADER) répond à 7 principes fondamentaux définis dans la réglementation européenne et qui traduisent "l'esprit Leader" :

schema esprit LEADER_1

  • une stratégie locale de développement visant à mobiliser au mieux les ressources locales,
  • une gouvernance du développement local associant des partenaires publics et privés dans le cadre d'un Groupe d'Action Local (GAL),
  • une vision ascendante du développement local qui permet aux acteurs publics et privés d'être à l'origine de la définition de la stratégie et du choix des projets qui seront financés,
  • une approche multisectorielle et intégrée du développement pour aborder les différents enjeux du territoire et optimiser les articulations entre secteurs/filières/domaines et acteurs,
  • la recherche de l'innovation et de la créativité tant dans le contenu des actions que dans les méthodes de travail,
  • la coopération entre les territoires qui peut être interterritoriale au sein d'un Etat membre ou transnationale au sein des différents Etats membres de l'Union Européenne,
  • un travail en réseau permettant la diffusion des bonnes pratiques et des innovations dans le cadre des réseaux ruraux européen, national et régional.

L'élaboration de la candidature du Pays de Châlons-en-Champagne

L'Union Européenne a souhaité qu'au moins 5 % du FEADER soit attribué à l'approche Leader ce qui représente 21,85 M€ pour la Champagne-Ardenne mis en œuvre par le biais d'un appel à projet. L’appel à manifestation d'intérêt Leader lancé en avril 2014 par la région Champagne-Ardenne a recueilli la candidature de 18 territoires alors qu'il n'existait que 5 territoires Leader en région pour la contractualisation 2007-2013.
Ce succès a conduit la région à proposer aux territoires de les accompagner en termes de méthodologie pour la phase d'élaboration des candidatures selon 3 grandes étapes :

  • accompagnement à l'élaboration du diagnostic du territoire pour dégager les enjeux et les besoins du territoire et définir les contours de la gouvernance,
  • accompagnement à la définition de la stratégie de développement local pour définir les objectifs et les priorités ainsi que les axes et mesures d'intervention,
  • accompagnement à la définition du plan d'actions pour décrire les interventions envisagées ainsi que le dispositif de suivi.

Tout au long de cette démarche et jusqu'à la remise des dossiers de candidature en octobre 2015, le syndicat mixte s'attachera à associer les acteurs publics et privés représentatifs de l'ensemble des milieux socio-économiques et territoriaux à la concertation et à la prise de décision pour la définition du contenu de la stratégie locale.
Cette implication des acteurs publics et privés dans la discussion autour du diagnostic et des enjeux, dans la définition des objectifs et priorités de la stratégie et dans la déclinaison de la stratégie en plan d'actions se concrétisera par la mise en place d'un Groupe d'Action Local (GAL) dans lequel les acteurs publics n'auront pas plus de 49 % des voix.
Cette démarche sera par ailleurs menée en étroite association avec le Conseil de développement du Pays de Châlons.

Pour tout contact au niveau du Pays de Châlons : h.pauly@audc51.org